Les Défibrillateurs Automatiques Implantables

DAIDAI-implanté

DAI et DAI implanté avec une seule sonde.

Ils sont un peu plus volumineux qu’un pacemaker: 50 à 80g pour une épaisseur de 9 à 15 mm.

 

evolution de la taille des DAILe Défibrillateur Automatique Implantable est destiné à corriger les tachycardies (accélération rapide du cœur) de deux manières différentes: soit en stimulant le cœur de manière à stopper la tachycardie, soit en délivrant un choc électrique si la tachycardie ne s’arrête pas ou dépasse certains seuils fixés par le Médecin Rythmologue (nombre de battements par minute, durée de la tachycardie, etc..), ou si le cœur se met à battre de manière complètement désordonnée et inefficace (Fibrillation Ventriculaire) car cela débouche irrémédiablement sur un arrêt cardiaque et donc la mort si aucun choc n’est administré dans les 3 mins qui suivent. C’est au Médecin Rythmologue d’adapter les réglages des différents seuils en fonction des pathologies de chaque patient. A noter que tous les défibrillateurs font aussi office de stimulateur cardiaque car ils stimulent le cœur en cas de bradycardie (cœur trop lent, voir la page des Stimulateurs Cardiaques (pacemakers)).

boitier avec sondesLes boitiers sont reliés à une (simple chambre) ou deux sondes (double chambre) implantées dans l’oreillette ou le ventricule droit via des veines (généralement en passant sous les clavicules). Les sondes sont fixées dans le cœur soit par un système à vis soit par un système « à barbes » (comme une ancre).

 

 

dispositifs de fixation des sondesOn trouve aussi maintenant des dispositifs avec trois sondes (triple chambres) destinés à traiter les problèmes d’insuffisance cardiaque via une resynchronisation du ventricule gauche (qui envoie le sang dans les artères). Cette troisième sonde est par contre fixée à l’extérieur du ventricule gauche (on ne peut pas implanter de sondes dans l’oreillette ou le ventricule gauches car le débit sanguin est trop fort et il y a risque de formation d’un caillot sanguin).

La durée de vie de ce dispositif cardiaque est d’environ 7 ans en moyenne. Bien entendu, chaque fois qu’il doit se déclencher (stimulation, chocs) cela fait baisser sa durée de vie.

Le Médecin Rythmologue doit contrôler régulièrement (tous les 3 ou 6 mois) le fonctionnement des boitiers pour vérifier que les sondes sont en bon état de fonctionnement et ne risquent pas de déclencher de manière intempestive des stimulations ou des chocs (en cas de casse ou d’usure), que la pile est en bon état et n’est pas en fin de vie, ou pour vérifier les événements enregistrés par la mémoire du dispositif (troubles du rythmes par exemple). En effet ces dispositifs font office de « HOLTER » car ils enregistrent les évènements cardiaques qui se sont produits depuis le dernier contrôle (en fonction des paramétrages effectués par le Médecin). Il y a aussi la possibilité de surveiller le Défibrillateur à partir de votre domicile via un boitier relié à votre centre implanteur. C’est la Télécardiologie. Cela dépend des établissements hospitaliers.

Le cardiologue choisi d’implanter un défibrillateur à son patient dans deux cas:

  • En implantation primaire en cas de fort risque de développer un trouble du rythme (antécédents génétiques comme le syndrome de BRUGADA ou insuffisance cardiaque avec cœur dilaté par exemple ou suite d’Infarctus du Myocarde).
  • En implantation secondaire quand le patient a déjà eu des troubles graves du rythme (Tachycardie Ventriculaire, Fibrillation Ventriculaire, arrêt cardiaque).

Précautions à prendre après implantation: éviter de passer à proximité de tout appareil émettant des ondes électriques comme les plaques à induction, les portiques d’aéroport, les arcs électriques (comme la soudure à l’arc) etc…. Ne pas passer sous les portiques d’aéroport, présenter votre carte de porteur délivrée par le médecin implanteur. Pour les portiques des magasins, il est recommandé de ne pas stationner entre le portique. pour les précautions sportives, il faudra voir avec le Médecin Cardiologue qui vous donnera des recommandations en fonction de votre pathologie. Bien entendu, il faudra éviter tous les sports violents (Rugby, Judo, etc..) ou qui sollicitent fortement le bras gauche (en cas d’implantation du boitier à gauche) pour éviter les risques d’usure prématurée ou la casse des sondes. Si vous devez passer un IRM, il y a des précautions à prendre en fonction des modèles de boitiers (IRM compatible ou pas). En parler avec votre cardiologue et avec le radiologue.